Sélectionner une page

« Comme le dit si bien l’adage : jamais 2 sans 3 ! Nous devons confirmer ! »

C’est avec ces mots lourds de sens que Perecastors, coach de l’équipe GameWard, attaque l’étape finale du LoL Open Tour se tenant, cette fois-ci, exceptionnellement en ligne du 19 au 21 octobre.

Le défi est de taille puisque Neylan et sa bande doivent prouver à la scène française que leurs récentes performances et l’ambition de jouer les premiers rôles ne sont pas qu’une promesse.

L’objectif de la compétition ? Le top 8 ou rien !

Retour sur l’aventure de l’équipe dans cette ultime épreuve.

 

Un départ tonitruant pour GameWard !

 

Vince, ZoKaTo, Decay, Neylan et Nolan en ont bien conscience. Une contre-performance sur la dernière ligne droite de la saison serait une catastrophe pour le moral de l’équipe après tant d’efforts jetés dans la bataille.

Leurs opposants du moment dans cette phrase de groupe ? CenturINT, PCS Original et Lunary. La surprise peut survenir de partout mais les chances de qualification sont bonnes !

D’ailleurs, la première rencontre face à CenturINT fait du bien. La victoire est sans appel et permet à l’équipe de faire le plein de confiance pour la suite de la compétition.

La seconde partie ne raconte pas la même histoire. PCS Original met à mal notre collectif dès les premières minutes. Mini Hans, AD Carry de leur formation, obtient 6 kills ravageurs qui annoncent un spectacle à sens unique. Heureusement, les longues heures d’entraînements portent leurs fruits et grâce à un teamfight très bien exécuté à la 15e minute suivie d’une macro supérieure, la victoire nous revient.

Tel un boss de fin, Lunary est l’équipe à battre mais aussi le dernier rempart à franchir de cette phase de poule. La pression est présente mais le groupe est solide et offre un spectacle impérial. LRB, Narkuss, Krakmo, Mact0r et Sharkk sont impuissants. L’intégralité des lanes sont victorieuses grâce notamment à un ZoKaTo inspiré avec sa Taliyah dans la jungle.

C’est le seed 1 pour GameWard !

 

GameWard attendue au tournant !

 

C’est ici que les choses sérieuses commencent. Au lever de ce samedi 20 octobre, une seule idée traîne dans les têtes de Chypriote, Perecastors et les joueurs : prouver.

C’est d’autant plus compliqué que, cette fois, ils sont attendus au tournant par les cadors de la compétition qui voient en GameWard un outsider solide pour jouer les trouble-fêtes.

Alors que notre 16e de finale contre Montpellier GA passe en douceur, la rencontre suivante annonce un duel plus difficile à surpasser face à une équipe de GamersOrigin bien motivée à prendre leur revanche sur notre victoire à Valenciennes.

Dès le début de partie, l’expérience parle. Tonnerre et ses coéquipiers proposent une draft très pertinente face à la nôtre et s’envolent dès les premières minutes de jeu sur une bataille en botside de la carte à leur avantage. GameWard n’arrive pas à rattraper son retard et laisse filer la victoire après un sans-faute dans la compétition.

GamersOrigin sera donc notre bourreau de ce winner bracket !

 

GameWard trébuche mais…

 

Il en faut plus pour déstabiliser l’équipe d’atteindre ses objectifs.

Une seule victoire nous sépare du top 8. L’erreur n’est plus permise.

Zephyr est la nouvelle équipe à battre. Si sur le papier, cette rencontre peut faire office de formalité, il n’en est rien et Perecastors le confirme :

« A la vue de leurs récentes performances, il va falloir les respecter et jouer notre plus grand jeu ».

Conscients, les joueurs puisent dans leurs dernières forces pour sortir le grand jeu. À l’aide d’une draft solide, l’exécution est de premier ordre. Malgré un early compliqué, toutes les tours du camp adverse cèdent une à une au rouleau compresseur GameWard !

Soulagée par cette victoire synonyme de pari réussi, l’équipe envisage sa rencontre contre LDLC dans une excellente dynamique mais manque de rigueur dans la finition.

Perecastors, coach de l’équipe, nous offre ses mots :

« On s’en veut d’avoir perdu car nous savons qu’on a joué bien en dessous de nos capacités. La partie était serrée mais LDLC a réussi à nous mettre énormément de pression. Ils nous sanctionnent 2-3 fois sur des mouvements indécis de notre part, prennent le Nashor, et terminent là-dessus. »

Les joueurs de Lounet et Yellowstar stoppent notre ascension ici et nous laissent avec une défaite au goût amer. Mais ce n’est que partie remise car…

 

La suite de l’histoire sera forcément belle

 

Et comment penser autrement ?

Le palmarès de notre jeune équipe est prometteur. Top 5/6 à Metz et Valenciennes avec une victoire référence face à GamersOrigin, ainsi qu’un Top 8 dans ce dernier tournoi online remplaçant l’étape de Marseille.

Les joueurs ont montré un esprit d’équipe solide qui laisse entrevoir un futur radieux. Ils prouvent qu’il est encore possible, pour une jeune équipe, de s’imposer sur la scène nationale. L’objectif est pleinement atteint et nous permet d’évoluer dans les meilleures conditions pour la suite.

Torwen, Head of esports chez GameWard, en est conscient :

« Au-delà des performances ponctuelles, comme le match contre GamersOrigin à Valenciennes, l’équipe fait preuve d’une régularité parfaite durant ces trois étapes en se positionnant systématiquement dans le top 8 de la scène française.

En considérant le fait que cette équipe a été reformée en milieu d’année par Neylan et Vince, anciennement Helios Gaming, que le rôle de support n’a jamais été titularisé (Mactor à Metz, Dee à Valenciennes et Nolan à « Marseille »), et que l’équipe ne compte que deux joueurs à temps plein ; la performance est clairement remarquable et indique un fort potentiel pour l’avenir.

Il y aura de gros changements en 2019 pour nous assurer du développement professionnel de nos joueurs et relever les nouveaux défis apportés par Riot Games. Rien n’est fixé pour le moment, mais tout est encore possible (Gaming house, Bootcamps plus réguliers, etc.). Quant au rôle de support, nous allons profiter de cette fin de saison pour terminer ce dernier recrutement ! »

Notre parcours du LoL Open Tour se termine sur ces mots. Une chose est sûre, il faudra compter sur GameWard pour s’imposer parmi les meilleures équipes françaises à l’avenir.

En attendant, afin de suivre les actualités du GameWard Squad, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux :  TwitterFacebookDiscord et Instagram !

Alexandre ‘Zallak’ Hellin